AVANCÉES DES ACTIONS DU PAPI ARGENS DÉBUT 2021

Actions engagées

Actions à engager

Actions terminées

Schéma d’Organisation des Compétences Locales de l’Eau (SOCLE)

et préfiguration du Schéma d’Aménagement de Gestion de l’Eau ( SAGE)

 

En 2019, le SMA a procédé à une modification statutaire précisant les missions relatives à la compétence gestion des milieux aquatiques et préventions des inondations (GEMAPI). L’exercice de cette compétence est donc maintenant cadré par un Schéma d’Organisation des Compétences Locales de l’Eau (SOCLE) qui recense toutes les actions à réaliser sur le périmètre considéré au titre de la compétence GEMAPI.

Le SOCLE a vocation à être le plus exhaustif possible et il sera complété, en tant que de besoin, chaque année pour couvrir l’ensemble des actions et opérations à réaliser.

Cette exhaustivité a notamment permis de préciser que :

  • Le syndicat exercera la GEMAPI par transfert de compétence de ses membres pour les missions 1°, 2° et 8° et par délégation pour la mission 5°
  • Le SMA est reconnu comme Etablissement Public Territorial de Bassin (EPTB) conformément à l’avis favorable du comité de bassin Rhône Méditerranée du 1er décembre 2017

Dans la continuité du travail engagé, une prospective traduisant financièrement le scénario validé sera réalisée courant 2020.

En parallèle, le travail sur la préfiguration du Schéma d’Aménagement et Gestion de l’Eau (SAGE) de l’Argens s’est poursuivi notamment par la rédaction d’un dossier préliminaire qui sera soumis pour avis à l’ensemble de nos partenaires technico-financier courant 2020.

Mutualisation d’un outil d’alerte et d’aide à la gestion de crise –

Création ou actualisation du volet inondation des PCS

 

Cette action vise à mutualiser un service de veille pluviométrique et de diffusion d’alerte et une prise en charge du volet inondation du Plan Communal de Sauvegarde (PCS).

De plus, une version numérique et actualisable du PCS est mise à disposition des communes dans le cadre de l’opération à travers une plate-forme.

Chaque commune peut aussi élaborer la plaquette du Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) par le biais d’une application dédiée.

Au 31 décembre 2019, sur les 74 communes du territoire :

  • 71 communes bénéficient d’un service d’aide et d’alerte à la gestion de crise, soit 96% du territoire ;
  • 59 communes (80%) ont un PCS finalisé, dont 25 réalisés sous la maîtrise d’ouvrage du SMA et 13 communes (80%) ont leur PCS en cours d’élaboration dont 6 sous la maîtrise d’ouvrage du SMA ;
  • Plus de 96% des communes ont un DICRIM finalisé ou en cours d’achèvement.

Ces outils d’alerte et de gestion de crise ont notamment joué un rôle important lors des crues de novembre et décembre 2019, dans l’anticipation et la gestion des risques.

Études d’aléa sur les communes du bassin versant du Caramy

 

L’objectif de cette action est de qualifier le risque d’inondation sur le territoire communal afin d’alimenter le volet « risque inondation » du PLU, mais aussi de mettre en œuvre des actions de prévention et d’alerte en lien avec l’action 19 du PAPI.

Ces études sont réalisées à la demande des communes du bassin versant du Caramy.

Une étude a été finalisée en 2019 sur la commune de La Celle.

Elle comprend :

  • Une expertise hydrogéomorphologique à l’échelle communale permettant de délimiter l’emprise des zones inondables maximales, d’actualiser et de préciser l’atlas des zones inondables de l’Etat (IPSEAU, 2008).
  • Une modélisation hydraulique de l’aléa permettant de quantifier les hauteurs et vitesses d’écoulement.
  • Le zonage des enjeux et du risque inondation réalisé à partir du croisement de l’aléa, déterminé par les méthodes précédentes et fixées par les services de la DDTM du Var.

Étude de définition des systèmes d’endiguement

et d’une stratégie de protection du bassin versant

 

L’action n°12 du PAPI complet de l’Argens et des côtiers de l’Esterel vise à :

  • Définir des systèmes d’endiguement sur la base d’un inventaire exhaustif,
  • Élaborer une stratégie de protection sur le bassin versant, en fonction des résultats de l’inventaire

Le travail de recensement et croisement avec les enjeux environnants s’est poursuivi sur l’année 2019 et sera finalisé en 2020.

S’en suivra l’élaboration d’une stratégie de gestion future des ouvrages identifiés menée en étroite collaboration avec les EPCI membres du SMA et les partenaires technico-financiers.

Sensibilisation à la réduction de la vulnérabilité,

accompagnement des entreprises et des artisans

 

Cette action, qui fait suite aux diagnostics de vulnérabilité déjà effectués durant le PAPI d’intention (action 23) dans des entreprises du territoire, vise à apporter une assistance technique aux entreprises et artisans, pour diagnostiquer la vulnérabilité de leur activité et établir un programme de travaux et de mesures organisationnelles face aux risques d’inondation.

Dans le cadre du « parcours prévention inondation » pour l’entreprise, coconstruit par le SMA et la CCI du Var, cette dernière a créé en 2019, dans le cadre du programme européen Proterina, un site internet permettant aux entreprises de réaliser un autodiagnostic de leur territoire (http://www.risques-inondations.fr), puis de bénéficier d’un audit par le consultant inondation de la CCI du Var.

 

Dans la continuité, le SMA a missionné en septembre 2019, le prestataire CALYXIS, spécialisé en analyse des risques, pour que les activités économiques les plus vulnérables pré-identifiées, puissent bénéficier à partir du premier trimestre 2020, d’une analyse complète de leur vulnérabilité et d’un accompagnement dans leurs demandes de subventions auprès des services instructeurs.

État initial de la Nartuby

Aménagement de la Nartuby dans la traversée urbaine

de Draguignan et de Trans-en-Provence

 

Objectifs de l’Action

  • Augmenter la capacité du lit et réduire les obstacles à l’écoulement : aujourd’hui, 1er débordement dès 50m³/s, demain aucun débordement jusqu’à 180m³/s (crue d’occurrence 30 ans).
  • Ne pas aggraver la situation à l’aval.
  • Intégrer les dimensions écologiques et paysagères.

Aujourd’hui les premiers débordements ont lieu à partir de 45m3/s. Après les travaux, il n’y aura plus aucun débordement jusqu’à 180m3/s dans la traversée urbaine de Draguignan et de Trans-en-Provence.

 

Avancées de l’Action

En 2021, une enquête publique sera lancée.

En 2019, le SMA a réalisé la destruction d’une passerelle de manière anticipée (gabarit hydraulique insuffisant pour faire transiter les 180m3/s à terme).

Timelapse des travaux de suppression

du seuil du Moulin des Iscles

Cette opération a permis d’une part d’abaisser localement le niveau d’eau de 30cm et d’autre part, de restaurer la continuité écologique. Cette action s’est déroulée en cohérence avec la construction d’un projet à plus large échelle dans la basse vallée prévue dans l’action n°37 du PAPI.

  • Période des travaux : juin à juillet 2020
  • Montant : 267 000€ HT

Une deuxième phase de travaux est prévue à l’été 2021 consistant en la reprise des anses d’érosions.

Prolongement du cours de la Grande Garonne

 

L’objectif de cette action est de concevoir un aménagement capable d’augmenter la capacité hydraulique du réseau hydrographique de la plaine pour améliorer l’évacuation des crues de l’Argens vers la mer et d’améliorer le ressuyage après les inondations.

Dans une vision d’ensemble, les Études Préliminaires et l’Avant-Projet de l’action 42 sur le site de la Grande Garonne ont été intégrées à l’Action 37 du PAPI (modèle hydraulique global de la basse vallée de l’Argens et compatibilité hydraulique des aménagements entre eux).

La société du Canal de Provence a livré fin 2019 les Études Préliminaires et l’AVP sur le secteur de la Grande Garonne.

Restauration morphologique de la Florièye à Taradeau

 

 

Suite à la validation du scénario d’aménagement n°4 par le comité de pilotage en octobre 2019, l’Avant-projet a été présenté par le Bureau d’étude SCE en octobre 2020. Il incorpore les ajustements issus de la crue de la Florièye de novembre 2019.

  • L’opération s’articule autour des interventions suivantes :
  • Suppression des gués amont et aval
  • Construction d’une nouvelle voie sur berge permettant l’accès au hameau St Joseph
  • Création d’un nouveau cheminement piéton en rive droite
  • Reprofilage des sections en travers les plus limitantes d’un point de vue hydraulique (objectif de protection d’environ 160m3/s)
  • Stabilisation d’une partie des berges récemment érodées
  • Implantation d’une végétation rivulaire adaptée
  • Création d’une zone tampon dans l’ancien méandre en aval du pont.

L’objectif de l’action n°47 est d’améliorer les fonctionnalités globales de la Florièye en tenant compte des enjeux hydrauliques et écologiques dans la traversée de Taradeau.

Les travaux devraient démarrer en 2022 pour un montant prévisionnel de 1,6 M€ HT.

Une phase de concertation et d’information du public sera lancée au 2ème trimestre 2021. Ce processus d’échange permet à l’ensemble des personnes concernées par le projet de s’exprimer. A cet effet, un cahier de doléances situé en mairie de Taradeau sera mis à votre disposition.

Découvrez la plaquette de présentation du projet

 

Vue aérienne du Réal aux Arcs-sur-Argens - crue de juin 2010

Vue aérienne du Réal aux Arcs-sur-Argens – crue de juin 2010

 

Le SMA a réalisé une étude pluridisciplinaire (hydrologie, hydraulique, hydromorphologie, hydrobiologie, urbanisme, foncier) destinée à élaborer un programme complet d’amélioration des conditions d’écoulement des crues et restauration morphologique du Réal (dans sa partie aval) et du vallon de Sainte Cécile

Le Réal a été « contraint » dans un canal en béton dans les années 50. Celui-ci déborde dès une crue biennale et provoque des dégâts sur la balade en Réal. De plus, un réseau d’eaux usées passe sous le canal et impacte par temps de pluie la qualité du Réal.

Le principe des travaux est de « recréer » le cours d’eau à côté de l’existant. Cette renaturation intègre l’aspect hydraulique (meilleure circulation de l’eau), écologique (renaturation, circulation d’espèces à enjeux comme l’anguille…), paysager (plantations), social (promenade, liaison piétonnière, vigne à vélo…).

Le projet en est au stade d’études préliminaires. Les études complémentaires et les travaux ont été chiffrés à 1 615 000 € HT et pourraient être subventionnables par l’Agence de l’eau et la Région de 50% à 80%.

Téléchargement(s)